Blog, Vie d'auteur

Pourquoi l’écriture inclusive fait-elle peur ? Et à qui ?

L’écriture inclusive fait débat. Depuis déjà un certain temps. Jusque là, je n’en parlais pas, je me contentais de m’informer sur le sujet (et d’apprendre de nombreuses choses intéressantes sur l’histoire de la langue française et la construction mentale qu’elle implique). Et puis, j’ai lu que des députés voulaient interdire l’écriture inclusive dans les documents officiels et dans les communications publiques. Interdire, carrément ? Et si on remettait un peu les choses au clair…

C’est quoi, l’écriture inclusive ?

Ce qui inquiète (en apparence) beaucoup de personnes sur l’écriture inclusive, c’est ce fameux point médian (qui rendrait les textes illisibles) et les tout aussi célèbres mots nouveaux (« celleux » est l’un des exemples fréquemment cités).

Avant de revenir sur ces points précis, il faut peut-être redire que l’écriture inclusive, ce n’est pas que cela. C’est une conception de la langue et de la grammaire française qui prend un peu de distance avec le contestable « le masculin l’emporte ».

Et cela se traduit par un ensemble de pratiques :

La double flexion

On l’a déjà très souvent entendue dans les discours politiques. La double flexion, c’est dire « Français, Françaises », « toutes et tous », « lecteurs et lectrices »… Bref, c’est une manière d’inclure tout le monde dans un texte (oral ou écrit).

Ce n’est pas très difficile à mettre en application. Au pire, cela peut allonger un peu ledit texte. Mais est-ce vraiment si grave et pire que d’invisibiliser toute une partie de la population ?

Le langage épicène

Là, cela devient un peu plus technique, puisqu’il s’agit d’éviter tout terme qui serait masculin ou féminin, pour n’utiliser que des mots neutres. Par exemple « les droits humains » plutôt que « les droits de l’homme » « élèves du lycée » plutôt que « lycéen ».

L’exercice demande un peu plus de réflexion sur le langage, d’autant qu’il existe finalement peu de termes réellement neutres dans notre lexique. Ce qui le rend parfois peu pratique à mettre en place.

Une réflexion sur la règle de proximité (ou de majorité)

Non, vraiment, le masculin est toujours plus fort ? Même quand il est tout seul au milieu d’un groupe de femmes ? Avouez que je ne suis pas la seule personne qui a parfois eu du mal à trouver la logique dans cette manière de réfléchir. On pourrait choisir d’accorder soit au plus grand nombre de personnes d’un même sexe présentes, soit au genre qui est le plus proche de l’adjectif à accorder (ça va, vous suivez toujours ?)

Dire « Max et les filles sont parties à la plage », en quoi serait-ce si choquant ? Sauf, peut-être, pour des hommes qui n’auraient pas envie d’être accordés au féminin…

La (re) féminisation des noms de métier

Là, il s’agit d’un travail qui se met en place et qui est encore en construction (il suffit de lire les débats qui reviennent fréquemment autour du terme « autrice » ou le récent tollé autour de certaines définitions de dictionnaire : une bouchère étant ainsi l’épouse du boucher ou une guerrière une « jeune femme qui revendique avec agressivité sa place dans la société ».

Accepter qu’une femme puisse exercer un métier, et être donc appelée par le nom de celui-ci, fait aussi partie de l’écriture inclusive.

femme qui écrit autrice

Le point médian

On en arrive enfin au fameux point médian. Tout d’abord, dans la pratique, il n’est rien de plus que l’équivalent actuel des parenthèses qui étaient auparavant utilisées dans un grand nombre de formulaires administratifs. Ce qui était « les étudiant(e)s » devient « les étudiant·e·s ». Un changement radical, n’est-ce pas ?

Pourtant, cette simple transformation de la langue (qui revient aussi à ne plus mettre entre parenthèses le féminin, mais on y reviendra plus tard) suscite de nombreuses levées de boucliers. Il est même argumenté que cela rendrait la lecture plus difficile.

Est-ce que c’est une idée nouvelle ?

Tout d’abord, l’écriture inclusive, ce n’est pas nouveau (et non, désolée, ce n’est pas un complot récent et une transformation radicale de notre héritage culturel).

De nombreux procédés de l’écriture inclusive, listés dans les points précédents, faisaient partie de notre langue auparavant :

  • La professeure de littérature française Eliane Viennot décrit comment, jusqu’au XVIIe siècle, la règle de la proximité primait. C’est François Malherbe qui décida d’imposer ce léger changement aux pratiques.
  • La question de la féminisation des noms de métier revient régulièrement sur le tapis depuis 1982. Or, dans le passé, les femmes soignantes furent appelées « médecines » jusqu’au XVIIe siècle et l’on trouve des traces d’huissières ou d’officières de la Légion d’honneur.

Il existe même des directives sur le sujet :

  • Au Québec, la rédaction épicène est recommandée par l’Office québécois de la langue française (OQLF) depuis 1981.
  • En Europe, depuis 1990, le comité des ministres du Conseil de l’Europe recommande de promouvoir l’utilisation d’un langage reflétant le principe de l’égalité de la femme et de l’homme.

À la limite, on pourrait reconnaître que l’appellation « écriture inclusive » est récente. Avant, on parlait d’écriture égalitaire, épicène, non sexiste, non discriminante. Le principe reste toujours le même : ne plus nier toute une partie de la population.

Le masculin est neutre par essence, non ?

C’est un argument qui est souvent avancé pour dire qu’il faut arrêter de se prendre la tête avec l’écriture inclusive. Dans notre langue, on utiliserait un masculin neutre et générique, pas du tout pour mettre de côté les femmes, qui se plaignent pour rien.

En plus d’oblitérer l’aspect psychologique et sociétal, tout comme l’impact de notre langue sur notre construction mentale, c’est aussi oublier que, historiquement, non, le masculin n’est pas neutre.

Notre bon vieux français vient du latin. Qui comprenait des déclinaisons masculines, féminines… et neutres. Ces dernières ressemblant aux masculines, la paresse a poussé le neutre vers la porte de sortie.

Et ce qui nous fait croire que le masculin l’emporte (du moins en grammaire), c’est cette décision, expliquée en 1647 par le grammairien Claude Favre de Vaugelas

« le genre masculin étant le plus noble, [il] doit prédominer toutes les fois que le masculin et le féminin se trouvent ensemble, mais l’oreille a de la peine à s’y accommoder, parce qu’elle n’a point accoutumé de l’ouïr dire de cette façon »

puis, en 1651, par le grammairien Scipion Dupleix :

« Parce que le genre masculin est le plus noble, il prévaut seul contre deux ou plusieurs féminins. ».

Plus si neutre, notre masculin, non ?

Ce que l’on voit aussi dans la remarque de Claude Favre de Vaugelas, c’est qu’il a fallu habituer l’oreille à ce changement (comme pour l’écriture inclusive actuelle, non ? Combien de fois j’ai entendu « autrice, c’est laid comme mot »).

C’est quand même un peu difficile à lire, non ?

On en vient là à l’argument de certains orthophonistes, dyslexiques ou autres. Un positionnement qui s’entend et se respecte.

Il est vrai que de lire « les agriculteurs·trices » dans un texte peut rendre la lecture plus complexe qu’un simple « les agriculteurs ». Surtout quand on a déjà des difficultés de lectures.

Néanmoins, il ne faut pas oublier que

  1. les parenthèses qui remplaçaient les points médians étaient déjà utilisés dans ce genre de cadre auparavant et cela n’a jamais soulevé de levée de boucliers
  2. notre esprit a l’habitude de lire « Mme » ou « Dr » et de le traduire automatiquement. Pourquoi en serait-il incapable dans le cas du point médian ?
  3. Des études auraient tendance à montrer que le point médian serait même plus facile à lire qu’un point bas (celui que vous utilisez à la fin des phrases) ou des parenthèses.
  4. L’écriture inclusive, ce n’est pas que le point médian. On peut très bien dire « les agriculteurs et les agricultrices » ou « les personnes qui travaillent dans l’agriculture ». En quoi serait-ce un problème ?

Par ailleurs, il existe également des associations de personnes dites « neuro-atypiques » qui remettent en cause cette éventuelle difficulté. Selon elles, il suffirait de recalibrer les logiciels de synthèse vocale (ce qui, certes, nécessite peut-être des compétences particulières en programmation, mais certaines pistes sont déjà envisagées).

Pourquoi faudrait-il adopter l’écriture inclusive ?

Maintenant, en principe, vous en savez un peu plus sur l’écriture inclusive. Mais vous vous posez peut-être encore une question : pourquoi est-ce que cela fait débat ? Ou, pour commencer par l’un des côtés du débat : pourquoi certaines personnes tiennent-elles tant à ce que l’écriture inclusive soit adoptée.

Il existe plusieurs raisons à cela.

D’un côté, la simple logique : non, personne ne pourra jamais prétendre qu’un homme vaut plus que deux ou trois femmes. Et donc, ce n’est pas cohérent d’accorder des adjectifs qualificatifs à celui-ci.

Cependant, vous avez bataillé pour apprendre un semblant de grammaire dans votre enfance, ce n’est pas pour tout chambouler maintenant. Cela fait des décennies que la langue fonctionne de cette manière, on pourrait juste continuer, non ?

Et bien peut-être pas.

Parce que la manière dont nous nous exprimons est aussi le reflet de la manière dont nous pensons (ou conditionne celle-ci, diraient certains linguistes). Quel que soit le sens dans lequel on le prend, faire croire à des générations entières de petites filles que

  1. le masculin l’emporte sur le féminin
  2. il y a des médecins (hommes) et des sages-femmes, des instituteurs et institutrices (hommes et femmes) mais des professeurs (hommes… et mieux considérés)

Cela conditionne la manière dont elles se voient et se positionnent dans le monde. S’il y a plus d’hommes que de femmes dans certaines professions, c’est aussi lié au fait que la langue française ne laisse pas l’occasion à ces dernières de se projeter dedans. Différentes études ont été effectuées sur ce sujet : ici, ici, ici ou ici, notamment).

Par ailleurs, vous vous rappelez de la parenthèse, qui précédait le point médian ? Pour certain·e·s, c’était encore une manière d’enfermer les femmes entre des parenthèses… donc d’être considérées comme moins importantes. Oui, cette vision peut être considérée comme un peu exagérée et vous a peut-être arraché un sourire. Mais il y a quand même quelque chose de gênant dans tout cela.

Mais pourquoi certains s’offusquent contre l’écriture inclusive alors ?

Dans les personnes qui montrent au créneau contre l’écriture inclusive, on retrouve souvent… des personnes qui ont peur du changement. Parmi elles, certains et certains sont très pressé·e·s de monter au créneau, voire de s’offusquer dès qu’une marque ose utiliser de l’écriture inclusive dans une publicité ou ses réseaux sociaux. Comme si ces personnes étaient attaquées personnellement.

Pour l’Académie française, à cause de l’écriture inclusive « la langue française se trouve désormais en péril mortel » (j’ai envie d’ajouter « rien que ça ? »). Et c’est d’ailleurs en France que cette forme d’écriture rencontre le plus de résistance (elle est plus communément admise au Québec ou même en Belgique).

Et quand des projets de loi sont déposés contre l’écriture inclusive (le 28 juillet 2020 par Marine Le Pen et d’autres député·e·s, majoritairement du RN) ou dernièrement par de plus nombreux député·e·s (dont beaucoup de la majorité) qui commencent leur texte en disant, en substance « je ne suis pas contre l’égalité homme femmes mais… » (ce qui allume chez moi autant de signaux d’alerte que « je ne suis pas raciste/pas homophobe/pas macho, mais… »), je reste dubitative. Qu’est-ce qui les inquiète tellement ? Parce que ce n’est pas contre le point médian qu’ils et elles s’insurgent (ce qui, à la limite, pourrait s’entendre), mais contre l’écriture inclusive dans son ensemble.

Par ailleurs, certaines personnes préfèrent s’inclure dans une humanité présentée sous un neutre (au masculin). Dans une tribune, des linguistes expliquaient longuement que

« En introduisant la spécification du sexe, on consacre une dissociation, ce qui est le contraire de l’inclusion. En prétendant annuler l’opposition de genre, on ne fait que la systématiser : l’écriture nouvelle aurait nécessairement un effet renforcé d’opposition des filles et des garçons. »

Personnellement, je ne vois pas en quoi dire « les hommes et les femmes » pourrait les monter les uns contre les autres… Sauf si on suppose que l’esprit de compétition est inné chez l’être humain. Ou que reconnaître que on est tous différents mais que l’on peut tous avancer ensemble est encore problématique pour beaucoup.

Voilà. Maintenant, en principe, vous en savez un peu plus sur l’écriture inclusive. Comme vous vous en doutez suite à cette lecture, j’ai peut-être un avis sur la question. Par contre, avez-vous remarqué que vous avez lu un (long) texte rédigé entièrement en écriture inclusive ? Est-ce que cela était difficile ?

Blog, Super Alana, Vie d'auteur

Pourquoi une campagne Ulule pour Super Alana 2 ?

Vous voulez tout savoir sur le projet autour de Super Alana, ce qu’il y a dans le tome 2, et pourquoi j’ai lancé une campagne Ulule ? C’est maintenant que je vous explique tout.

Qu’est-ce que Super Alana ?

Il y a un an, je sortais un album pour les jeunes lecteurs, entre 8 et 12 ans. Il s’appelait Super Alana et il racontait la rencontre entre Alana, une petite fille noire, et deux extraterrestres aux caractères très opposés.

Grâce à eux, Alana développait des super pouvoirs et apprenait ce que c’était d’être une super héroïne.

Je vous invite à relire toute la description du premier tome si vous voulez en savoir plus. Mais il y a déjà un point important qui se dessinait : je voulais apporter un peu de diversité dans la littérature jeunesse. C’est pourquoi Alana est noire, que l’un de ses meilleurs amis est hyperactif, et que leurs cultures se mélangent sans aucun souci.

Que va-t-il se passer dans Super Alana 2 ?

Tout d’abord, un point important : il est possible de lire Super Alana 2 sans avoir lu le premier. Un peu comme les tomes de la Cabane Magique ou du Club des cinq. Le principe est que chaque histoire soit indépendante.

Dans ce nouveau tome, Alana va rencontrer un chien bien étrange. Il semble posséder des aptitudes que la plupart des canidés n’ont pas. Et elle va se demander s’il ne s’agirait pas d’un extraterrestre sur le point de mener une invasion de la terre.

En faisant appel à ses super pouvoirs, Alana va mener son enquête, au milieu des refuges pour animaux abandonnés. L’occasion de soulever certains points de société pour les lecteurs, mais tout en restant dans le principe d’une aventure. Il y a du suspense, des rebondissements, et si on réfléchit, on y prend surtout du plaisir.

Pourquoi une campagne Ulule ?

Si j’ai décidé de mettre en place une campagne Ulule pour Super Alana, c’est parce que je voulais atteindre un nouveau niveau pour ce roman.

Cette campagne me permettra de financer plus d’illustrations à l’intérieur, donc de mieux payer mon illustratrice mais aussi d’avoir un ouvrage plus attrayant visuellement.

Par ailleurs, je pourrai aussi faire réaliser des versions des tomes 1 et 2 pour les dyslexiques, ce qui est un projet qui me tient à cœur depuis le premier tome.

Enfin, si j’atteins les paliers maximums, une partie des bénéfices pourra être reversée à des refuges pour animaux, on rentre donc là dans un projet qui soit aussi éthique.

Et comment ça se passe ?

Concrètement, j’ai volontairement choisi un premier palier assez bas : le livre verra le jour, c’est une certitude.

Ensuite, c’est sur le bouche-à-oreille que tout va fonctionner. Plus vous partagez ce projet, plus il a de chance d’aboutir avec toutes ses versions. Il suffit d’en parler autour de vous pour multiplier ses chances de réussir… et de réussir en beauté ! C’est tout le principe d’une campagne de financement participatif comme Ulule. Vous faites intégralement partie du projet. Vous êtes plus que des consommateurs, mais des consom’acteurs, qui vous impliquez sur les livres de demain.

Super Alana 2 a besoin de vous pour exister !

Blog, jeunesse, Super Alana

Toute la lumière sur Super Alana

La lumière sur super Alana

Une semaine après sa sortie, il est plus que temps de vous parler plus longuement de Super Alana. Un court roman, pour les jeunes lecteurs, avec des extraterrestres et des superpouvoirs dedans, ça vous tente ?

Comment tout a commencé ?

Pour Super Alana, tout a commencé il y a bientôt deux ans. Avant ma toute première dédicace, pour laquelle j’étais un peu stressée, ma fille cadette m’avait fait signer sur un de ses carnets, pour que je sois rassurée, comme j’avais, ainsi, déjà dédicacé.

Quelques séances plus tard, le stress était moins présent… et moi aussi. Ma fille, qui soutenait toujours mes projets d’écriture et en parlait même autour d’elle, m’a alors demandé de lui écrire une histoire, pour elle, avec un personnage qui porterait son prénom.

C’est ainsi que Super Alana est née, sur un carnet, avec une deuxième demande : je veux qu’elle ait des super pouvoirs.

Un début d'histoire ressemble à ça

Comment Super Alana a été écrit ?

Pour Super Alana, j’ai renoué avec une technique que je n’utilisais plus depuis des années : j’ai écrit ce roman directement à la main. Dans mon super carnet que je transporte toujours avec moi, j’ai noirci des pages, entre deux dédicaces, en lisant les premiers chapitres à voix haute à ma fille, dès qu’ils étaient terminés.

Elle était ravie de suivre les aventures du personnage qui portait son nom, même si elle trouvait parfois qu’elle exagérait : elle, elle n’aurait jamais réagi comme cela !

C’était important pour moi d’avoir son retour direct, car le livre, au départ, était avant tout pour elle. Et puis, au fil des mois d’écriture, à force d’en parler avec elle, ce projet est devenu un peu plus sérieux.

Découvrir Super Alana

De quoi parle Super Alana ?

La couverture dévoile déjà un certain nombre d’éléments sur le roman. Mais je vous reparlerai d’elle plus tard.

lumière sur Super Alana

Super Alana, c’est l’histoire d’une petite fille curieuse et déterminée. Quand elle fait face à un trou énorme dans la cour de récréation de son école, trou qui l’empêche de jouer dehors et qui, surtout, est sorti de nulle part, Alana décide que cela ne peut pas se passer ainsi. Elle va mener l’enquête.

Elle emmène d’abord ses amis avec elle, mais elle se montre un peu plus motivée qu’eux. Et c’est ainsi qu’elle va découvrir le secret derrière ce trou… Mais, surtout, qu’elle va rencontrer des extraterrestres qui effectuent la maintenance de la Terre (oui, rien que cela).

Surpris, l’un d’entre eux va tenter de cacher ses maladresses en confiant une pièce de pouvoir à la petite fille. Maintenant, Alana possède des superpouvoirs… et elle va devoir apprendre à s’en servir au mieux.

Dans ce livre, je parle d’amitié, de ce qui fait qu’on est un héros ou non, d’ouverture d’esprit aussi… Vous aurez d’ailleurs remarqué qu’Alana est noire, ce qui a d’abord surpris ma fille (mais je ne suis pas noire, moi), mais qui me semblait important, et en rapport avec mes articles sur la diversité. Il n’y a pas que les petits blancs qui peuvent vivre des aventures !

Du texte… mais aussi des illustrations

Super Alana est dans un autre registre que mes titres précédents. Déjà, par rapport à la tranche d’âge visée. Il va de soi que l’on n’écrit pas de la même manière pour un enfant de 8 ans que pour un jeune adulte. La construction des phrases, de l’histoire, du vocabulaire… a donc été adaptée pour que le livre soit à la fois lisible et prenant pour des jeunes lecteurs (la tranche d’âge visée est 8-12 ans).

Le texte est aussi sensiblement plus court : il ne fait qu’une centaine de pages, illustrations comprises.

Découvrir Super Alana

Parlons-en, justement, des illustrations. Très vite, il m’est apparu qu’il était impensable de proposer un livre jeunes lecteurs sans un minimum de dessins à l’intérieur. Et c’est là que cela devenait compliqué : je ne sais pas dessiner. Il allait donc falloir faire appel à un illustrateur ou une illustratrice.

J’ai d’abord défini le cadre de ce que j’allais demander : la couverture, bien sûr, mais aussi trois illustrations à l’intérieur. J’aurais volontiers fait plus, mais je dois aussi faire face à des contraintes budgétaires. Il y a plus de dessins dans l’histoire, afin d’aérer le texte, mais seuls trois ont été réalisés juste pour ce livre.

Je devais donc choisir à qui j’allais confier ce travail. Naturellement, je me suis d’abord tournée vers les gens que je connaissais, ou dont je suivais déjà le travail. Je savais déjà qu’une illustratrice de ma connaissance avait plusieurs fois dessiné des personnages noirs, et c’est l’une des premières que j’ai contactées. C’est aussi la première qui m’a répondu. Ce que j’ai pris pour un signe positif : je lui ai confié ce projet.

Mélodie Drouin (ou Mello Chamallo) a très vite été conquise par les aventures de Super Alana… et je suis ravie des dessins qu’elle m’a proposés !

Moi qui n’ai pas l’habitude de travailler à plusieurs sur mes projets d’écriture, j’avoue que cela me donne envie de pouvoir réitérer l’expérience !

Et la suite ?

Si vous êtes attentif, vous aurez remarqué qu’il y a un petit « 1 » sur la couverture. Oui, en effet, j’aimerais bien pouvoir poursuivre les aventures d’Alana dans de prochains tomes. Ce premier est né un peu par hasard, les autres seront encore plus travaillés, plus réfléchis…

Mais cela ne pourra être que si Super Alana rencontre un public suffisant. Et que celui-ci adhère aux aventures de cette nouvelle superhéroïne. Je vais vous confier un dernier secret sur elle : quand je lui ai fait développer ses super-pouvoirs, j’ai décidé qu’elle ne pourrait faire appel à ces derniers que quand elle en aurait VRAIMENT besoin.

Pour que Super Alana continue, c’est de vous dont elle aura besoin !

Découvrir Super Alana
Blog, éditions, Vie d'auteur

Qu’est-ce qu’un jeune auteur ?

Parfois, sur des publications, pour des prix, ou dans la presse, je vois cette mention qui m’interpelle « pour les jeunes auteurs ». Oui, mais c’est quoi, un jeune auteur ? J’ai longuement réfléchi à cette question…

Si la jeunesse d’un auteur se détermine par son âge…

Existe-t-il une limite d’âge pour ne plus être un jeune auteur ? En regardant cet article des Echos, je me suis dit qu’un jeune auteur avait forcément moins de 40 ans. 

Par ailleurs, le Prix du jeune écrivain place la barre à 26 ans maximum (tu ne bénéficies plus du tarif jeune dans le train ? Tu n’es pas un jeune auteur !). Et l’association pour l’aide aux jeunes auteurs ne s’adresse qu’aux moins de 30 ans. 

Dans tous les cas, on pourrait croire que la catégorie « jeune auteur » concerne principalement l’âge de celui-ci… Ce n’est pas tout à fait aussi simple.

Si la jeunesse d’un auteur se détermine par son nombre de titres…

C’est maintenant que cela devient amusant ! Croyez-vous vraiment que Colum McCann, dans ses Lettres à un jeune auteur, ait estimé que son livre ne concernait pas les quarantenaires et plus ? 

Dans ce cas-là, on pourrait donc estimer qu’un jeune auteur est un auteur qui débute dans le métier… Mais quels sont les critères pour déterminer qu’il devient un ancien : le nombre de titres écrits, publiés, les tirages, les récompenses ? Personnellement, je me sens certes plus « jeune autrice » que des auteurs qui en sont à leur dixième roman, et cela même si, dans l’état civil, j’ai quelques années de plus qu’eux au compteur.

Faut-il donc atteindre, je ne sais pas, moi, 7 livres (et là, encore, juste écrits ou publiés ? En édition traditionnelle ou indépendante ?)… pour dire que l’on atteint l’âge de raison des auteurs ? 

Pourquoi alors s’adresser aux jeunes auteurs ?

Par conséquent, j’avoue que l’appellation « jeunes auteurs » me laisse perplexe… Je ne sais jamais si je suis comprise dedans ou pas. En règle générale, pour les concours, c’est assez simple à déterminer, la limite d’âge est précise. Mais pour le reste…

Encore une fois, pour moi, cette classification est peut-être surtout une manière de mettre les gens dans des cases. « ah oui, mais toi, tu es encore un jeune auteur, tu as tout à apprendre »

Ce n’est pas nécessairement négatif de la part de ceux qui prononcent ces mots (je connais la bienveillance de Lionel Davoust qui partage ses conseils aux jeunes auteurs), et c’est souvent fait dans une idée d’accompagnement. Mais quand on écrit ses premiers titres au-delà d’un certain âge, ce qui est le cas de nombreux auteurs, ce type d’interpellation peut sonner de manière maladroite. 

Finalement, les conseils, les astuces, les masterclass d’écriture (comme celle de Roxane Dambre)… tout cela s’adresse à tous les auteurs, quel que soit leur âge. Certains seront peut-être plus utiles pour ceux qui démarrent dans l’écriture que pour les habitués (quoique). Mais il est plutôt agréable de se dire qu’on a tous un peu de jeunesse en nous.

Blog, éditions

Qu’est-ce que la vraie littérature ?

Après avoir rencontré sur un certain nombre de salons du livre des personnes qui toisaient des romans en disant « non, je ne lis pas ça, moi, je dis des VRAIS livres », je me suis demandé, à juste titre, ce qu’était la vraie littérature. Essayons de faire un point là-dessus.

qu'est-ce que la vraie littérature

Ce qui, a priori, n’est pas de la littérature

Si l’on se fie au jugement a priori de ces lecteurs, on peut d’ores et déjà éliminer de la littérature :

  • la science-fiction, le fantastique et la fantasy (SFFF) ;
  • les romances ;
  • le policier ;
  • le jeunesse et le young adult.

Ce qui, avouons-le, représente un certain nombre de romans. Mais cela permet un tri rapide : la vraie littérature, c’est la littérature dite « blanche ».

Vraie littérature-2

Qu’est-ce qui caractérise la littérature blanche ?

En gros, la littérature blanche, ce serait… tout ce qui n’est pas listé plus haut. Et, pour certains, ce serait considéré comme mieux écrit. Oui, on ne se contente pas de raconter une histoire, nous messieurs dames, on a du style.

Soit.

J’avoue que le style, c’est important. J’achète certains livres juste parce que je connais le style de leurs auteurs et que je sais que leur style va me plaire. Des livres où l’on sait par avance que ce sera bien écrit, qu’il y aura des métaphores incroyables, du texte qui nous fait mettre la tête dans un sac en se disant qu’on n’écrira jamais aussi bien.

Maintenant, soyons aussi honnêtes : dans la littérature blanche, il y a aussi des ouvrages qui sont beaucoup plus loin de remporter mon adhésion. Du triturage de cervelle qui donne mal à la tête, des envolées lyriques qui tombent à plat, et même des phrases tellement plates qu’on peut en superposer plusieurs et toujours les passer sous la porte.

Mais, aux yeux de certains lecteurs (et critiques littéraires), cela reste de la vraie littérature, parce que c’est de la littérature blanche. Que reprochent-ils donc aux autres livres : de raconter des histoires ou de manquer de style ? Creusons un peu le sujet.

Y a-t-il du style dans la littérature de genre ?

Si la vraie littérature est considérée comme mieux écrite, cela veut-il dire que les romans de SFFF, les romances ou le jeunesse ne font aucun effort de style ?

(Permettez, je me gausse un instant et je reviens…)

ben-white-4K2lIP0zc_k-unsplash

Qui a déjà lu, et apprécie, ces livres sait que c’est loin d’être le cas. Même un album pour les petits peut être d’une poésie incroyable, Pef jongle avec les mots dans le Prince de Motordu, et je ne compte plus les romans qui m’ont fait vibrer tellement ils étaient bien écrits. Les titres de Chloé Bertrandtransmettent une émotion à fleur de peau, ceux deBenjamin Alire Sáenz aussi, j’ai vu des constructions de phrase incroyables, une inventivité folle comme dans La Horde du Contrevent de Damasio ou La Maison des feuillesde Mark Z. Danielewski, d’autres auteurs qui ont des vrais tons, qui savent jouer avec les images comme avec les sons…

Bref, il y a bien du style dans la littérature dite « de genre » (celle qui n’est pas vraie). Alors, c’est le type d’histoires racontées qui ne plairait pas… Voyons ça de plus près.

Et si la fausse littérature racontait de fausses histoires, contrairement à la vraie ?

Pour les non-amateurs du genre, la science-fiction ce sont des combats de vaisseaux spatiaux, la fantasy c’est des dragons et tout ça, de toute manière, c’est pour les enfants.

On pourrait donc, éventuellement, comprendre qu’ils ne considèrent pas cela comme de la vraie littérature, qui est plus intellectuelle, plus réfléchie, qui parle des vraies choses de la vie… Sauf que, à y regarder de plus près, de nombreux ouvrages de SFFF ou d’anticipation, se cachent sous des bandeaux de littérature blanche. Audrey Pleynet en a cité quelques-uns dans cet article, cette liste sur Babeliovous en présente d’autres.

Il semblerait donc que l’on puisse faire de la littérature blanche, donc vraie, et de l’imaginaire en même temps. Où va donc le monde ?

On nous aurait menti ?

Mais alors, c’est quoi, la vraie littérature ?

Tout récemment, je lisais une critique de film de science-fiction qui se terminait par ces mots « ce film prouve le potentiel romanesque de la science-fiction ». Pour rappel la définition de romanesque

romanesque :qui utilise les recettes du roman le plus traditionnel et fait appel à l’imagination, au rêve, au sentiment.

Ce qui laisserait encore entendre qu’il subsiste un doute sur le fait que la science-fiction puisse faire de bons romans. Ce pourrait être ça, la vraie littérature, les bons romans, tout simplement. Sauf qu’un bon roman pour l’un ne l’est pas forcément pour l’autre.

Et d’ailleurs, puisque nous en sommes aux définitions :

littérature :Usage esthétique du langage écrit. Ensemble des productions intellectuelles qui se lisent, qui s’écoutent.

Si un livre te plait.png

Donc, en fait, tout livre est de la littérature, de la vraie littérature, dès lors que quelqu’un le lit ou l’écoute, et y trouve quelque chose de joli. Alors, oui, ce qui vous plaît n’est peut-être pas ce qui me plaît. Mais s’appuyer sur une vue de l’esprit (erronée, qui plus est) qui affirme que certains romans sont de la vraie littérature et d’autres non, ce n’est pas joli-joli… Et cela, ce n’est pas la preuve d’un bel esprit.

Photo by 2 Photo Pots on Unsplash

Photo by Ben White on Unsplash

Photo by MaggieLovesOrbit On Insta on Unsplash

Photo by Kourosh Qaffari on Unsplash

Blog, éditions, HQN, L'Attraction de la terre, Le Secret du vent

L’Attraction de la terre, mon nouveau roman

Mon nouveau titre, L’Attraction de la terre, sort dans moins de 10 jours, il est donc temps de vous en dire un peu plus à son sujet. Vous allez tout savoir : de quoi il parle, bien sûr, mais aussi les coulisses du projet et comment il a été travaillé. Et vous aurez même une information en plus si vous lisez bien tout !

blog at.png

De quoi parle L’Attraction de la terre ?

L’Attraction de la terre, comme Le Secret du vent, se déroule sur l’île de Sein. Ça, c’est pour le cadre géographique, qui a été ici encore plus travaillé. Il y a des vrais morceaux de Bretagne dedans, avec la mer Celtique, quelques passages qui se situent à Audierne et à Brest… Je commence à connaître de mieux en mieux ce petit bout de territoire et ses spécificités. Quelques-unes se retrouvent dans le roman, et certaines anecdotes devraient vous amuser. J’avoue que c’est un plaisir de creuser ainsi dans les caractéristiques d’un endroit pour mettre un peu de réel dans une histoire qui est totalement inventée.

Dans ce livre, vous allez retrouver Gwenaëlle, l’héroïne duSecret du vent (ou faire sa connaissance, puisque j’ai écrit les deux livres pour qu’ils puissent se lire de manière individuelle. Mais j’y reviendrai par la suite). Elle a pris quelques années, son couple s’est laissé happer par le quotidien, et elle est à cet âge où l’on se demande si la vie qu’on mène est bien celle dont on rêvait. Elle est donc en pleine croisée des chemins… et les événements vont venir la bousculer.

Ces événements tournent autour de Max. Max, c’est son fils adoptif. Si Gwenaëlle a appris à maîtriser ses pouvoirs de sorcière, lui tente plutôt de les étouffer. Les seuls moments où il les utilise, c’est quand il doit ranger sa chambre ! Max a 16 ans, et c’est un adolescent typique… ou presque. Car Max vit très isolé sur cette petite île qu’il n’a jamais quittée. Il se sent seul, différent des autres, et il refuse de s’avouer que ses pouvoirs magiques ne sont pas sa seule différence.

Quand Antonin, de quelques années son aîné, revient sur l’île et que Max se sent irrépressiblement attiré par lui, ce dernier devra pourtant reconnaître ce qui (ou qui) fait battre son cœur plus vite que d’ordinaire.

Ce n’est pas si facile pour lui. D’une part, parce que nous sommes dans les années 80, et que l’homosexualité vient à peine d’être dépénalisée (et qu’il n’est pas évident de se construire différemment quand on vit dans une communauté isolée, sans contact avec l’extérieur). De l’autre parce que des sorcières l’attaquent, bien décidées à l’éliminer (quitte à faire beaucoup de dégâts autour de lui au passage… Mais c’est pour la bonne cause, diraient-elles).

Il y a même de la musique des années 80 dans le roman… et j’ai concocté une playlist spécialepour retrouver les titres que mes personnages écoutent

Voilà donc un petit aperçu de ce qui se passe dans L’Attraction de la terre… (avec quelques loutres en plus !)

Pourquoi avoir choisi de parler de ces thèmes ?

Dans Le Secret du vent, sous couvert d’une histoire d’amour et de magie, j’avais beaucoup parlé de la vie dans un endroit isolé, de la difficulté de se sentir différent, de l’envie d’être accepté et non plus jugé… Pour moi, c’était l’un des principaux aspects du roman (bon, j’avoue, il y avait aussi beaucoup de tempêtes et d’événements surnaturels… Je me suis fait plaisir aussi).

Le jugement que l’on peut avoir sur les autres est un thème qui revient souvent dans mes romans, je ne vais pas le nier. Dans ce roman, il y a un peu plus d’action que dans Le Secret du vent (certaines lectrices qui l’ont lu en avant-première, et là aussi je reviendrai là-dessus plus tard, ont particulièrement apprécié les scènes de batailles). Max se retrouve donc plus exposé à sa propre crainte du regard des autres qu’à leurs critiques (bon, sauf en ce qui concerne les femmes qui veulent le tuer… qui, elles aussi, véhiculent toujours les mêmes clichés de « on veut détruire ce qui est différent de nous, sans se poser de questions »).

C’était important aussi pour moi de montrer que, parfois, on s’empêche de vivre des choses importantes pour nous parce qu’on a trop peur de ne pas être dans le moule qui est attendu. J’aime bien raconter des histoires qui font voyager, qui font vibrer, qui font rêver… mais, derrière, elles transmettent toujours un message.

Donc, oui, L’Attraction de la terreparle d’une histoire d’amour entre garçons. Et ce n’est pas le thème principal non plus. Parce que l’amour, quel qu’il soit, n’est qu’une des facettes de notre vie. Et là, dans la vie de Max, l’attaque des sorcières qui cherchent à le tuer occupe quand même beaucoup de place.

attraction de la terre 3d+ ebook

En ce qui concerne Gwenaëlle (on ne va pas l’oublier non plus), je crois que j’avais envie aussi de montrer à quel point on peut se perdre, justement, à trop tenter de se fondre dans ce fameux moule. Gwenaëlle a un chemin à faire. Elle a une quarantaine d’années, mais elle n’a pas encore fini d’évoluer, contrairement à ce qu’elle croit. Et ça aussi, c’est important à dire : il n’est jamais trop tard pour devenir qui vous avez envie d’être !

Comment j’ai travaillé ce roman ?

Quand j’avais écrit Le Secret du vent, j’avais terminé sur une fin ouverte. Je n’avais pas envie de quitter tout de suite Gwenaëlle, et je savais déjà que d’autres sorcières, un peu moins sympas qu’elle, patientaient dans l’ombre.

J’avais laissé tout cela en attente, pourtant. Puis, de plus en plus de lecteurs m’ont demandé cette suite. Avec de plus en plus d’insistance. Et comme je suis une faible femme, je n’ai pas su résister à la tentation.

J’ai donc commencé à réfléchir à la suite de ce roman. Très vite, il est apparu important pour moi que ce deuxième tome puisse se lire indépendamment du premier. Il y a des liens entre les deux titres, évidemment, des événements ou l’apparition de certains personnages qui seront plus compréhensibles en ayant toutes les données en main. Mais il peut très bien se lire tout seul parce que, si le premier tome était celui de Gwenaëlle, celui-ci est le tome de Max. Elle est présente, et bien présente, mais c’est son aventure à lui dont il est question.

J’ai donc travaillé ce roman en laissant chacun parler à tour de rôle. Ils vivent la même histoire, mais chacun de leur côté, et c’est une forme de construction qui était assez intéressante. Les chapitres sont très courts, aussi, pour que chaque lecteur puisse rapidement retrouver son personnage préféré (je me demande qui remportera le plus votre adhésion ?).

Même la maquette a été travaillée

Pour ce roman, comme le premier tome est édité en numérique chez HQN, et en auto-édition pour le papier, je n’ai pas eu à réfléchir longtemps sur le type d’édition que j’allais choisir : l’auto-édition s’est imposée d’office.

Afin d’être certaine de vous offrir la meilleure qualité de texte possible, j’ai donc fait appel à plusieurs bêta-lecteurs (que je remercie mille fois et plus). J’ai été confortée dans certains choix, j’ai modifié d’autres aspects en suivant leurs remarques… Bref, le livre fini a subi un travail éditorial réel (plusieurs de ces bêta-lecteurs travaillent dans le milieu du livre… et tous sont avant tout des lecteurs).

Comme j’aime bien que les livres soient beaux aussi, j’ai repris la maquette pour y insérer des illustrations intérieures (ça, c’est un petit cadeau fait à moi comme aux lecteurs du format papier).

Illustration JPEG copie

Comme je voulais qu’il y ait un esprit de continuité entre les deux tomes, la couverture a été réalisée par la même graphiste que celle qui a réalisé le format papier du Secret du vent.

Une île, de la magie, de l'amour...

Et voilà donc, maintenant vous en savez un peu plus sur L’Attraction de la terre. J’ajouterai qu’il sort le 29 mai. Et, si vous avez eu le courage de tout lire jusqu’au bout, je peux aussi d’ores et déjà vous révéler qu’il y aura un troisième tome !

Blog, conseils d'écriture, Vie d'auteur

Un auteur peut-il parler d’autres communautés que la sienne ?

Depuis quelque temps déjà, je vois passer bon nombre de messages de personnes noires ou queer s’offusquant que des auteurs (et cela vaut aussi pour les acteurs et réalisateurs, d’ailleurs) mettent en avant des personnages de ces communautés sans pour autant en faire partie. Ce sujet m’interroge, réellement, et j’avais envie d’en parler un peu plus longuement.

communautés
Photo by Audrey M Jacksonon Unsplash

Faut-il être noir pour parler des noirs ?

Comme bon nombre d’auteurs et d’autrices de fiction, je n’écris pas que sur des sujets que je maîtrise parfaitement ni uniquement sur des situations que j’ai déjà vécues (désolée, je n’ai jamais été une sorcière sur une île bretonne dans les années 70, pas plus que je n’ai vécu dans un monde sans électricité et dirigé par les bibliothécaires).

Parce qu’il faut bien se rappeler que c’est de cela qu’il s’agit : une histoire inventée avec des personnages qui le sont tout autant.

D’ailleurs, les auteurs de SFFF (science-fiction, fantasy, fantastique) seraient bien embêtés s’ils ne pouvaient pas parler à la place des extra-terrestres et des elfes.

J’avoue cependant que c’est là faire un peu preuve de mauvaise foi : les elfes, jusqu’à preuve du contraire, ne constituent pas une minorité existante de notre société, brimée et parfois conspuée. Donc, nous pouvons imaginer tout ce que nous voulons sur eux, ils ne seront jamais blessés par nos propos. Ce qui ne sera pas le cas de toutes les communautés.

Pourquoi cela pose-t-il problème ?

Il pourrait être très facile de dire : « c’est bien beau, tout ça, mais justement, c’est de la fiction, on parle de ce que l’on veut et puis c’est tout ».

Ce n’est cependant pas ce que ressentent certaines communautés. Qui ont l’impression que des artistes (parce que c’est aussi le cas pour les films) soit utilisent leurs particularités « parce que ça fait bien et que c’est à la mode », soit en parlent sans connaître réellement tout ce qu’eux ont traversé. Parfois, des maladresses sont commises, des erreurs sont transmises. Parce que ce ne peut être qu’une vision de l’extérieur.

Un autre souci est aussi que ces personnes ont souvent vécu du rejet. Et que laisser d’autres parler en leur nom (le #ownvoices exprime ce fait), c’est encore une nouvelle manière d’être mis à l’écart (les chiffres montrent qu’il y a moins d’auteurs noirs publiés que de blancs).

Capture d’écran 2019-04-18 à 12.48.46
Chiffres d’après une étude portant sur les éditeurs américains, (https://ccbc.education.wisc.edu/books/pcstats.asp)

Ce n’est pas de la faute des artistes, mais ces communautés ont ce sentiment que d’autres prennent leur place. Et qu’ils ne peuvent donc même pas parler eux-mêmes de ce qu’ils vivent (encore une histoire malsaine de suprématie, en résumé).

Ne faut-il laisser la parole qu’aux personnes issues de ces communautés ?

Nous allons maintenant creuser un peu plus ce sujet.

Est-ce qu’un artiste prend la place d’un autre ?

À mon petit niveau, il m’est facile de dire que je ne prends la place de personne. La véritable question est pourtant plus vaste : est-ce que, si aucun auteur blanc ne parlait de la vie de noirs, les auteurs de cette communauté auraient plus de chance de pouvoir faire éditer leur livre ?

Est-ce qu’on ne pourrait pas plus se dire que chacun a quelque chose à gagner du succès de l’autre ?

Est-ce que ceux qui vivent ces problèmes ne sont pas les mieux placés pour en parler ?

C’est certain. Une expérience vécue est toujours plus pertinente qu’une expérience imaginée. Mais le propre d’un auteur, c’est aussi de savoir transcender sa propre expérience : je n’ai jamais été homme, je n’ai jamais été tétraplégique, et pourtant je peux imaginer ce que c’est de le vivre.

Ce qui n’empêchera pas, peut-être, des maladresses, malgré tout le soin que je mettrai à me documenter. Mais est-ce que je ne jouerais pas plus le jeu des classes dominantes en me taisant sur ces sujets ?

Pourquoi mettre un personnage LGBT+ ou racisé dans un roman si cela n’apporte rien à l’histoire ?

J’ai récemment vu passer des critiques qui s’offusquaient de voir une petite fille blonde remplacée par une noire dans un livre pour enfants, alors que rien n’était changé à l’histoire. Ce n’était pourtant pas des critiques racistes. Au contraire. Il était plutôt question de récupération (le fameux « ils le font parce que ça donne une meilleure image d’eux ») et certains se demandaient si c’était vraiment indispensable.

Ou encore ce genre de tweet (qui est peut-être ironique, mais qui correspond à un sentiment que je vois souvent passer)

Capture d’écran 2019-04-18 à 12.18.35

J’avoue que ce genre de raisonnement me pose souci. Je pencherais plus du côté de l’avis de Jo Ann Von Haff, qui dit « mettez de la diversité dans vos romans ». Parce qu’il n’est pas normal de considérer automatiquement qu’un personnage est blanc ou hétérosexuel. De continuer à dire que c’est la norme et que les autres caractéristiques ne doivent être utilisées que pour faire avancer une cause.

Je pense, très sincèrement, que montrer un décor de fiction avec des personnages de tous genres, cela contribue tout autant à faire avancer le débat et les mentalités. Et oui, on peut être homosexuel et vivre une vie rocambolesque sans que la question de la sexualité ne soit un point central. C’est ça, ce qui devrait être la norme pour moi. Si on continue à procéder uniquement autrement (même si c’est important aussi pour l’éclairage que cela apporte), on continuera à penser qu’il y a un problème à être différent.

Comment faudrait-il alors agir pour respecter chacun ?

Je pense qu’il faut continuer à parler de ces sujets. De toutes les manières possibles. La preuve en est qu’il n’y a pas encore assez de personnages de couleurs, racisés ou queer dans les livres, quelle que soit la tranche d’âge à laquelle ils sont destinés. Il en faut plus, parce que cela fait partie de notre monde.

1_diversity-childrens-books.jpg

Mais il faut le faire avec soin. Se documenter me semble un minimum. Parce que, oui, le personnage noir n’est pas uniquement destiné à être un personnage secondaire, il peut (et il doit) aussi être le héros et, forcément, ce qu’il aura vécu va influencer sa personnalité. Même si cela ne doit pas toujours être l’enjeu principal du roman.

On parle de plus en plus de sensitivity readers, des lecteurs qui vont alerter un auteur ou un éditeur quand les propos contenus dans le roman peuvent poser problème. Et c’est très bien aussi de pouvoir avoir ce regard supplémentaire (même si faire des généralités peut aussi être dangereux : il n’y a pas qu’une manière de vivre une expérience ou de la ressentir et, de même qu’il y a plusieurs bêta lecteurs, il faudrait plusieurs sensitivity readers sur un même ouvrage).

Il s’agit donc avant tout de ne pas rester enfermé dans sa tour d’ivoire, et d’aller à la rencontre de l’autre, pour qu’il puisse transmettre son vécu, sa sensibilité. Parce que, à mon sens, empêcher des auteurs blancs et hétéros de s’exprimer sur ces personnages, c’est aussi prendre le risque qu’ils disparaissent à nouveau du paysage éditorial. Chacun a son mot à dire, de même qu’un homme peut aussi parler de féminisme. Oui, il n’a pas vécu la même chose qu’une femme, mais il peut être conscient qu’il y a des problèmes et vouloir contribuer à faire évoluer les choses. Ce n’est pas de la récupération. C’est juste que faire évoluer les mentalités doit se faire main dans la main.

Ceci n’e

Blog, éditions, Vie d'auteur

Pourquoi l’auteur indépendant est avant tout un professionnel

L’auto-édition se professionnalise de plus en plus. C’est un fait. Et pourtant, on voit encore trop souvent passer des messages qui disent « oui, mais bon, en vrai les livres sont moins bien que s’ils étaient passés chez un éditeur, ça reste un truc d’amateurs, quoi ». Et là, vous savez ce que j’ai envie de répondre ?

Fake News.

Et je vais vous démontrer pourquoi.

auteur pro

Comment le monde professionnel change… pour les auteurs aussi

Il y a quelques années, pas très loin dans le temps, un homme politique disait « je veux que tous les Français puissent devenir leur propre patron ». Que l’on soit d’accord ou pas avec ses propos, il faut bien être conscient que le monde du travail évolue. D’un côté, l’ubérisation de certains corps de métier inquiète, de l’autre le télétravail ne cesse de progresser, de même que le nombre de freelances.

La société se réorganise, à plein d’échelles différentes. Aujourd’hui, il n’est plus indispensable d’avoir un patron pour pouvoir travailler, l’on peut proposer ses services, ses talents, ses compétences, de manière individuelle. Ce sera le cas des graphistes, des consultants, des secrétaires, des formateurs… Certes, cela implique une prise de risques plus grande. Et une manière de travailler qui est peut-être différente, plus consciente de certains enjeux. Mais c’est une possibilité vers laquelle de plus en plus de personnes se tournent.

Et c’est aussi le cas dans le milieu culturel, et donc dans celui du livre. Avant, un auteur avait besoin d’un éditeur pour pouvoir aller à la rencontre de ses lecteurs. Aujourd’hui, ce n’est plus nécessairement le cas. Ce qui inquiète bon nombre de professionnels du secteur. Des professionnels qui affirment parfois, haut et fort, qu’eux savent faire et pas les autres. Ce qui n’est pas (plus) vrai.

Où l’on prouve que les éditeurs ne sont pas toujours indispensables

Quels sont les services qu’apporte un éditeur à un auteur ou à une autrice ?

Il va l’aider à retravailler son texte, en lui apportant un regard extérieur, son expertise, ses conseils dépourvus d’émotions parasites pour aller toujours vers le meilleur du roman.

(De plus en plus d’auteurs indépendants font appel à des correcteurs et à des bêta lecteurs extérieurs pour les aider à prendre du recul sur leur roman. Pas leurs amis, leurs voisins ou leurs cousins. Non, des personnes qui n’ont aucune raison d’être tendres avec eux, qui sont avant tout des lecteurs, et qui ont donc des avis très tranchés sur la question. Des personnes, donc, qui pourraient très bien travailler dans l’édition elles aussi, parce qu’un éditeur est avant tout un lecteur, comme eux)

Il va trouver le meilleur moyen de mettre en valeur le texte, avec une mise en page intérieure de qualité et une superbe couverture.

(Aujourd’hui, les auteurs indépendants peuvent faire appel à des graphistes pour réaliser cette tâche. Selon le budget dont ils disposent, le travail sera plus ou moins poussé. Des spécialistes se concentrent maintenant sur les maquettes, pour le papier comme pour le numérique.)

Il va lui permettre de participer à des salons littéraires et à des dédicaces pour aller à la rencontre de ses lecteurs.

(Les auteurs peuvent très bien effectuer ces démarches eux-mêmes. Tous les libraires n’acceptent pas les auteurs indépendants, ni tous les salons. Mais ces derniers sont quand même de plus en plus présents, et les lecteurs commencent à le savoir, et à l’apprécier).

Il dispose d’un réseau de distribution et de diffusion qui lui permet d’être présent dans de nombreuses libraires.

(Ce qui est, certes, un peu plus difficile pour les auteurs indépendants. Sauf que… Combien de petites maisons d’édition ne sont en réalité pas présentes sur les tables des libraires, ou juste avec un titre caché dans un coin ? Aujourd’hui, de nombreux auteurs indépendants vendent mieux leurs titres tout seuls que certaines maisons d’édition. Ce qui n’enlève rien à leur travail et à leur ferveur pour défendre les livres.)

Il a un service de communication plus efficace.

(oui, enfin s’il décide de l’utiliser pour présenter réellement le titre. Combien de maisons d’édition investissent avant tout sur leurs auteurs phares et ne font pas d’efforts de promotion pour les autres ? Un auteur indépendant va devoir se défendre tout seul, mais au moins il sait qu’il ne sera jamais la cinquième roue du carrosse de quelqu’un d’autre).

Les auteurs indépendants sont autant des pros que les éditeurs alors ?

Surprise : oui. Peut-être pas tous au même niveau. Oui, il y a toujours des auto-édités qui auront des couvertures qui font mal aux yeux et des fautes d’orthographe tous les paragraphes, ainsi que des histoires bancales. Mais on a tous vu aussi des titres pitoyables chez certains grands éditeurs, donc ce critère de qualité n’est plus vraiment valable.

Surtout parce que de plus en plus d’auteurs indépendants se professionnalisent, font appel à des prestataires extérieurs pour les aspects de leur travail qu’ils maîtrisent moins. On est là face à une démarche professionnelle, comme tout indépendant qui se respecte. Et qui devrait, donc, être respecté par les autres aussi.

Il n’existe pas de label de bon goût qui permettrait de dire qu’un éditeur a plus raison que d’autres lecteurs. Surtout quand ils sont nombreux. Rappelez-vous : de un, c’est de l’art, donc c’est forcément subjectif. De l’autre, ce n’est pas toujours l’éditeur qui va lire le manuscrit d’un auteur et le refuser au départ. C’est peut-être un stagiaire qui est au comité de lecture pour l’été. Si le travail est fait, et bien fait, alors le roman d’un auteur indépendant a autant de valeur que celui d’un éditeur.

Pourrait-on tous se passer des éditeurs, alors ?

Tout le monde ne serait pas d’accord sur cette question. Mais je ne pense pas que tout le monde peut être auteur indépendant. De même que tout le monde ne peut pas être son propre patron. Certains auront besoin d’être plus encadrés, d’autres n’auront pas le budget, l’énergie ou juste l’envie d’endosser les multiples casquettes d’un indépendant.

Passer par un éditeur, c’est plus confortable. Et c’est agréable aussi d’être pris en main par quelqu’un qui va vous dire « contente-toi d’écrire, mon grand, je me charge du reste ».

Parfois, aussi, il y a la conscience qu’une autre personne saura mieux donner toutes ses chances et toute sa puissance à un titre qu’on n’est capable de le faire soi-même.

C’est pour cela aussi que j’alterne, personnellement, entre l’édition dite traditionnelle et l’édition indépendante. Parce que, si j’aime pouvoir tout décider et prendre en main les choses de mon côté, ça me fait aussi du bien, parfois, de souffler et de laisser les rênes à d’autres personnes. Car c’est épuisant (tout autant qu’exaltant) d’être indépendant.

Mais je n’estime pas pour autant que mes titres chez les éditeurs ont plus de valeur que ceux que je publie moi-même. C’est juste une autre manière de déléguer, de faire confiance. Une relation professionnelle différente.

Et c’est bien cela qu’il faut se dire : un auteur n’est pas juste un artiste déconnecté du monde réel. De plus en plus, c’est également un professionnel. Indépendant ou non, mais un professionnel.

Blog, Vie d'auteur

De retour de Livre Paris

Et voilà, c’est fait, je peux le dire : j’ai participé, en tant qu’autrice, à Livre Paris. Ce salon présente une envergure certaine (une chatte n’y retrouverait pas ses petits… et d’ailleurs, ce n’était pas toujours évident de voir tout le monde) mais je suis très heureuse d’y avoir participé. Tellement que j’ai oublié de prendre des photos ! Ce qui ne m’empêchera pas de vous en raconter un peu les coulisses.

Copie de Résolutions 2019

Chapitre 1 : l’annonce

Tout commence il y a quelques mois, quand mon éditeur m’annonce qu’il aura un stand sur ce salon. J’avais renoncé à y participer en tant qu’indépendante, par rapport aux frais que cela engendrerait (car il faut que vous le sachiez, les stands ne sont pas toujours gratuits sur les salons. Une des raisons pour laquelle je ne serai pas non plus, à mon grand regret, aux Imaginales cette année).

L’éditeur me demandait si je voulais profiter de l’occasion pour participer. Autant vous dire que j’ai répondu « oui » très vite (moi, enthousiaste ? Mais non, ça ne m’arrive jamais voyons).

200w_d-2.gif

Chapitre 2 : la préparation

Ma présence était donc confirmée sur le salon. Il me fallait donc en informer les gens qui me suivaient déjà, et qui pourraient être présents sur place.

J’ai donc commencé à dire sur les réseaux sociaux : coucou, je serai là.

J’ai très bien fait, puisque… (ah non, ça se sera pour un chapitre suivant!). Cela dit, certains n’avaient quand même pas vu passer l’info et m’ont dit, après le salon « ah bon, mais tu étais là ? ». Comme quoi, on ne peut jamais assez communiquer !

slp twitter-2

Ensuite, j’ai fait imprimer des marque-pages spécialement pour l’occasion. Il était temps : De Biblioteca n’avait pas encore de marque-pages à son effigie ! Il se sentait seul, le pauvre…

Chapitre 3 : le départ

Les jours qui précèdent le salon, l’effervescence monte. À tel point que j’ai fini par faire une liste des choses à emmener avec moi pour ne rien oublier ! (et pourtant, vu tous les salons que j’ai faits dernièrement, je n’aurais plus besoin de liste en principe. Mon sac est toujours prêt, avec des stylos et des marque-pages, l’essentiel quoi!)

J’achète des réserves de chips et de M&M’s pour me préparer à affronter les trajets et les longues heures sur le stand.

Je change d’hébergement à la dernière minute parce que la personne qui devait m’accueillir était tombée malade (et là, je dois quand même dire qu’il faut remercier les gens qui m’entourent. J’ai toujours du mal à demander des services, mais je sais qu’il y a des gens autour de moi, même loin, qui me dépanneront si j’en ai besoin. Et ça, croyez-moi, c’est précieux).

Mon éditeur m’informe ensuite qu’il n’a presque plus de stock de mon livre (on est en train de parler réimpression, là!), et me demande de venir avec un peu de ce que j’ai chez moi. Vous m’imaginez, dans le train et le métro, avec ma valise, mon sac spécial dédicaces, et un autre sac de livres ? Et bien je l’ai fait !

200w_d-3.gif

Chapitre 4 : Le salon

Je me suis donc levée à l’aube vendredi matin pour être sur le pont pour les premières dédicaces de la journée. Les portes du salon ne s’ouvrent pas avant 10 heures… même pour les auteurs !

Je me rue donc dans les allées pour arriver à l’heure, salue quelques têtes au passage (y compris quelqu’un qui m’a reconnu dans la file d’attente à l’entrée, une autrice qui passait me voir pour débuter sa journée…). L’ambiance était déjà donnée : sur place, on va se retrouver avec du monde qu’on aime.

Mon stand était au bout du mondedu salon. L’avantage, c’est que cela m’a permis d’avoir de longues discussions avec ceux et celles qui sont venus me voir. Car certains et certaines m’avaient notée sur leur liste de gens à voir, ayant bien noté que je serais présente !!! On a parlé de tout : d’éducation, de sport, de livre… C’était trop, trop bien.

Quand je n’étais pas en dédicace, j’allais voir les copains et copines (et j’ai encore acheté quelques livres, mais j’ai été raisonnable). Parfois, on reconnaissait quelqu’un qu’on suivait déjà sur les réseaux sociaux « cette tête me dit quelque chose » et on échangeait quelques phrases avant de se laisser emporter par la marée de la foule, et ne plus se revoir. Parfois, on voyait une tête apparaître au loin, en se disant qu’il fallait aller la saluer, puis elle disparaissait dans la marée humaine. Parfois, certains stands semblaient disparaître, avalés par un triangle des Bermudes spécifique à Livre Paris.

Capture d’écran 2019-03-21 à 12.24.55.png

Et j’ai pu expérimenter quelques techniques de survie pour ce type d’événements.

Chapitre 5 : les techniques de survie

Non, parce qu’il ne faut pas rigoler, je suis sûre qu’il y a des morts à chaque salon, écrasés par le poids des livres achetés par exemple ! Ou prêts à faire dédicacer leurs livres avec leur sang après avoir fait le pied de grue pendant plus d’une heure dans une file d’attente.

De mon côté j’ai :

  • trouvé des toilettes plus discrètes que les autres (ou je n’ai jamais du patienter pour avoir une place) ;
  • évité la queue au stand de nourriture en venant avec mes sandwichs le matin ;
  • superbement ignoré les stars qui rameutaient les foules pour aller faire signer des livres par des auteurs qui avaient du temps pour discuter (c’est plus sympa) ;
  • mis des bonnes chaussures parce qu’on marche beaucoup au salon ;
  • réparti mes achats sur plusieurs jours pour ne pas entièrement me déboîter l’épaule ;
  • pris des raccourcis par des endroits vides quand je devais rejoindre mon stand (un entrepôt froid et isolé, caché derrière des rideaux blancs…) ;
  • choisi d’arriver tôt le matin, et de rester tard le soir, quand la foule s’est dispersée.

Il fallait au moins tout ça pour survivre !

Chapitre 6 : le bilan

C’est le moment où on se dit : alors, ce salon, bien ou pas ? C’est une discussion qu’on a beaucoup entre auteurs.

Livre Paris, c’est une grosse machinerie. Il m’a permis de rencontrer des gens qui ne font presque que ce salon-là sur l’année. Donc, ça, c’est positif. Par contre, humainement, je crois que je préfère les salons de taille plus restreinte, à l’ambiance plus humaine. C’est tout bête, mais sentir qu’on existe pour les organisateurs, cela compte aussi énormément (et cela crée aussi une autre ambiance pour le public, plus chaleureuse).

Ce salon était une expérience. Et je le referais sans doute si on me le propose. Mais, je l’avoue, d’autres salons gardent encore la première place dans mon cœur (enfin, les premières places, même).

Néanmoins, je suis ravie de tous les échanges que j’ai pu avoir sur ce salon, des têtes venues d’ailleurs que j’y ai retrouvées, des rencontres qui ne peuvent avoir lieu que là.

Et vous, c’est quoi votre salon préféré ?