Blog, Vie d'auteur

Pourquoi l’écriture inclusive fait-elle peur ? Et à qui ?

L’écriture inclusive fait débat. Depuis déjà un certain temps. Jusque là, je n’en parlais pas, je me contentais de m’informer sur le sujet (et d’apprendre de nombreuses choses intéressantes sur l’histoire de la langue française et la construction mentale qu’elle implique). Et puis, j’ai lu que des députés voulaient interdire l’écriture inclusive dans les documents officiels et dans les communications publiques. Interdire, carrément ? Et si on remettait un peu les choses au clair…

C’est quoi, l’écriture inclusive ?

Ce qui inquiète (en apparence) beaucoup de personnes sur l’écriture inclusive, c’est ce fameux point médian (qui rendrait les textes illisibles) et les tout aussi célèbres mots nouveaux (« celleux » est l’un des exemples fréquemment cités).

Avant de revenir sur ces points précis, il faut peut-être redire que l’écriture inclusive, ce n’est pas que cela. C’est une conception de la langue et de la grammaire française qui prend un peu de distance avec le contestable « le masculin l’emporte ».

Et cela se traduit par un ensemble de pratiques :

La double flexion

On l’a déjà très souvent entendue dans les discours politiques. La double flexion, c’est dire « Français, Françaises », « toutes et tous », « lecteurs et lectrices »… Bref, c’est une manière d’inclure tout le monde dans un texte (oral ou écrit).

Ce n’est pas très difficile à mettre en application. Au pire, cela peut allonger un peu ledit texte. Mais est-ce vraiment si grave et pire que d’invisibiliser toute une partie de la population ?

Le langage épicène

Là, cela devient un peu plus technique, puisqu’il s’agit d’éviter tout terme qui serait masculin ou féminin, pour n’utiliser que des mots neutres. Par exemple « les droits humains » plutôt que « les droits de l’homme » « élèves du lycée » plutôt que « lycéen ».

L’exercice demande un peu plus de réflexion sur le langage, d’autant qu’il existe finalement peu de termes réellement neutres dans notre lexique. Ce qui le rend parfois peu pratique à mettre en place.

Une réflexion sur la règle de proximité (ou de majorité)

Non, vraiment, le masculin est toujours plus fort ? Même quand il est tout seul au milieu d’un groupe de femmes ? Avouez que je ne suis pas la seule personne qui a parfois eu du mal à trouver la logique dans cette manière de réfléchir. On pourrait choisir d’accorder soit au plus grand nombre de personnes d’un même sexe présentes, soit au genre qui est le plus proche de l’adjectif à accorder (ça va, vous suivez toujours ?)

Dire « Max et les filles sont parties à la plage », en quoi serait-ce si choquant ? Sauf, peut-être, pour des hommes qui n’auraient pas envie d’être accordés au féminin…

La (re) féminisation des noms de métier

Là, il s’agit d’un travail qui se met en place et qui est encore en construction (il suffit de lire les débats qui reviennent fréquemment autour du terme « autrice » ou le récent tollé autour de certaines définitions de dictionnaire : une bouchère étant ainsi l’épouse du boucher ou une guerrière une « jeune femme qui revendique avec agressivité sa place dans la société ».

Accepter qu’une femme puisse exercer un métier, et être donc appelée par le nom de celui-ci, fait aussi partie de l’écriture inclusive.

femme qui écrit autrice

Le point médian

On en arrive enfin au fameux point médian. Tout d’abord, dans la pratique, il n’est rien de plus que l’équivalent actuel des parenthèses qui étaient auparavant utilisées dans un grand nombre de formulaires administratifs. Ce qui était « les étudiant(e)s » devient « les étudiant·e·s ». Un changement radical, n’est-ce pas ?

Pourtant, cette simple transformation de la langue (qui revient aussi à ne plus mettre entre parenthèses le féminin, mais on y reviendra plus tard) suscite de nombreuses levées de boucliers. Il est même argumenté que cela rendrait la lecture plus difficile.

Est-ce que c’est une idée nouvelle ?

Tout d’abord, l’écriture inclusive, ce n’est pas nouveau (et non, désolée, ce n’est pas un complot récent et une transformation radicale de notre héritage culturel).

De nombreux procédés de l’écriture inclusive, listés dans les points précédents, faisaient partie de notre langue auparavant :

  • La professeure de littérature française Eliane Viennot décrit comment, jusqu’au XVIIe siècle, la règle de la proximité primait. C’est François Malherbe qui décida d’imposer ce léger changement aux pratiques.
  • La question de la féminisation des noms de métier revient régulièrement sur le tapis depuis 1982. Or, dans le passé, les femmes soignantes furent appelées « médecines » jusqu’au XVIIe siècle et l’on trouve des traces d’huissières ou d’officières de la Légion d’honneur.

Il existe même des directives sur le sujet :

  • Au Québec, la rédaction épicène est recommandée par l’Office québécois de la langue française (OQLF) depuis 1981.
  • En Europe, depuis 1990, le comité des ministres du Conseil de l’Europe recommande de promouvoir l’utilisation d’un langage reflétant le principe de l’égalité de la femme et de l’homme.

À la limite, on pourrait reconnaître que l’appellation « écriture inclusive » est récente. Avant, on parlait d’écriture égalitaire, épicène, non sexiste, non discriminante. Le principe reste toujours le même : ne plus nier toute une partie de la population.

Le masculin est neutre par essence, non ?

C’est un argument qui est souvent avancé pour dire qu’il faut arrêter de se prendre la tête avec l’écriture inclusive. Dans notre langue, on utiliserait un masculin neutre et générique, pas du tout pour mettre de côté les femmes, qui se plaignent pour rien.

En plus d’oblitérer l’aspect psychologique et sociétal, tout comme l’impact de notre langue sur notre construction mentale, c’est aussi oublier que, historiquement, non, le masculin n’est pas neutre.

Notre bon vieux français vient du latin. Qui comprenait des déclinaisons masculines, féminines… et neutres. Ces dernières ressemblant aux masculines, la paresse a poussé le neutre vers la porte de sortie.

Et ce qui nous fait croire que le masculin l’emporte (du moins en grammaire), c’est cette décision, expliquée en 1647 par le grammairien Claude Favre de Vaugelas

« le genre masculin étant le plus noble, [il] doit prédominer toutes les fois que le masculin et le féminin se trouvent ensemble, mais l’oreille a de la peine à s’y accommoder, parce qu’elle n’a point accoutumé de l’ouïr dire de cette façon »

puis, en 1651, par le grammairien Scipion Dupleix :

« Parce que le genre masculin est le plus noble, il prévaut seul contre deux ou plusieurs féminins. ».

Plus si neutre, notre masculin, non ?

Ce que l’on voit aussi dans la remarque de Claude Favre de Vaugelas, c’est qu’il a fallu habituer l’oreille à ce changement (comme pour l’écriture inclusive actuelle, non ? Combien de fois j’ai entendu « autrice, c’est laid comme mot »).

C’est quand même un peu difficile à lire, non ?

On en vient là à l’argument de certains orthophonistes, dyslexiques ou autres. Un positionnement qui s’entend et se respecte.

Il est vrai que de lire « les agriculteurs·trices » dans un texte peut rendre la lecture plus complexe qu’un simple « les agriculteurs ». Surtout quand on a déjà des difficultés de lectures.

Néanmoins, il ne faut pas oublier que

  1. les parenthèses qui remplaçaient les points médians étaient déjà utilisés dans ce genre de cadre auparavant et cela n’a jamais soulevé de levée de boucliers
  2. notre esprit a l’habitude de lire « Mme » ou « Dr » et de le traduire automatiquement. Pourquoi en serait-il incapable dans le cas du point médian ?
  3. Des études auraient tendance à montrer que le point médian serait même plus facile à lire qu’un point bas (celui que vous utilisez à la fin des phrases) ou des parenthèses.
  4. L’écriture inclusive, ce n’est pas que le point médian. On peut très bien dire « les agriculteurs et les agricultrices » ou « les personnes qui travaillent dans l’agriculture ». En quoi serait-ce un problème ?

Par ailleurs, il existe également des associations de personnes dites « neuro-atypiques » qui remettent en cause cette éventuelle difficulté. Selon elles, il suffirait de recalibrer les logiciels de synthèse vocale (ce qui, certes, nécessite peut-être des compétences particulières en programmation, mais certaines pistes sont déjà envisagées).

Pourquoi faudrait-il adopter l’écriture inclusive ?

Maintenant, en principe, vous en savez un peu plus sur l’écriture inclusive. Mais vous vous posez peut-être encore une question : pourquoi est-ce que cela fait débat ? Ou, pour commencer par l’un des côtés du débat : pourquoi certaines personnes tiennent-elles tant à ce que l’écriture inclusive soit adoptée.

Il existe plusieurs raisons à cela.

D’un côté, la simple logique : non, personne ne pourra jamais prétendre qu’un homme vaut plus que deux ou trois femmes. Et donc, ce n’est pas cohérent d’accorder des adjectifs qualificatifs à celui-ci.

Cependant, vous avez bataillé pour apprendre un semblant de grammaire dans votre enfance, ce n’est pas pour tout chambouler maintenant. Cela fait des décennies que la langue fonctionne de cette manière, on pourrait juste continuer, non ?

Et bien peut-être pas.

Parce que la manière dont nous nous exprimons est aussi le reflet de la manière dont nous pensons (ou conditionne celle-ci, diraient certains linguistes). Quel que soit le sens dans lequel on le prend, faire croire à des générations entières de petites filles que

  1. le masculin l’emporte sur le féminin
  2. il y a des médecins (hommes) et des sages-femmes, des instituteurs et institutrices (hommes et femmes) mais des professeurs (hommes… et mieux considérés)

Cela conditionne la manière dont elles se voient et se positionnent dans le monde. S’il y a plus d’hommes que de femmes dans certaines professions, c’est aussi lié au fait que la langue française ne laisse pas l’occasion à ces dernières de se projeter dedans. Différentes études ont été effectuées sur ce sujet : ici, ici, ici ou ici, notamment).

Par ailleurs, vous vous rappelez de la parenthèse, qui précédait le point médian ? Pour certain·e·s, c’était encore une manière d’enfermer les femmes entre des parenthèses… donc d’être considérées comme moins importantes. Oui, cette vision peut être considérée comme un peu exagérée et vous a peut-être arraché un sourire. Mais il y a quand même quelque chose de gênant dans tout cela.

Mais pourquoi certains s’offusquent contre l’écriture inclusive alors ?

Dans les personnes qui montrent au créneau contre l’écriture inclusive, on retrouve souvent… des personnes qui ont peur du changement. Parmi elles, certains et certains sont très pressé·e·s de monter au créneau, voire de s’offusquer dès qu’une marque ose utiliser de l’écriture inclusive dans une publicité ou ses réseaux sociaux. Comme si ces personnes étaient attaquées personnellement.

Pour l’Académie française, à cause de l’écriture inclusive « la langue française se trouve désormais en péril mortel » (j’ai envie d’ajouter « rien que ça ? »). Et c’est d’ailleurs en France que cette forme d’écriture rencontre le plus de résistance (elle est plus communément admise au Québec ou même en Belgique).

Et quand des projets de loi sont déposés contre l’écriture inclusive (le 28 juillet 2020 par Marine Le Pen et d’autres député·e·s, majoritairement du RN) ou dernièrement par de plus nombreux député·e·s (dont beaucoup de la majorité) qui commencent leur texte en disant, en substance « je ne suis pas contre l’égalité homme femmes mais… » (ce qui allume chez moi autant de signaux d’alerte que « je ne suis pas raciste/pas homophobe/pas macho, mais… »), je reste dubitative. Qu’est-ce qui les inquiète tellement ? Parce que ce n’est pas contre le point médian qu’ils et elles s’insurgent (ce qui, à la limite, pourrait s’entendre), mais contre l’écriture inclusive dans son ensemble.

Par ailleurs, certaines personnes préfèrent s’inclure dans une humanité présentée sous un neutre (au masculin). Dans une tribune, des linguistes expliquaient longuement que

« En introduisant la spécification du sexe, on consacre une dissociation, ce qui est le contraire de l’inclusion. En prétendant annuler l’opposition de genre, on ne fait que la systématiser : l’écriture nouvelle aurait nécessairement un effet renforcé d’opposition des filles et des garçons. »

Personnellement, je ne vois pas en quoi dire « les hommes et les femmes » pourrait les monter les uns contre les autres… Sauf si on suppose que l’esprit de compétition est inné chez l’être humain. Ou que reconnaître que on est tous différents mais que l’on peut tous avancer ensemble est encore problématique pour beaucoup.

Voilà. Maintenant, en principe, vous en savez un peu plus sur l’écriture inclusive. Comme vous vous en doutez suite à cette lecture, j’ai peut-être un avis sur la question. Par contre, avez-vous remarqué que vous avez lu un (long) texte rédigé entièrement en écriture inclusive ? Est-ce que cela était difficile ?

2 réflexions au sujet de “Pourquoi l’écriture inclusive fait-elle peur ? Et à qui ?”

Laisser un commentaire